Go to Top
Revolution Slider Plugin has been detected! Please deactivate this Plugin to prevent themecrashes and failures!

La COVID-19 – Communication #4

le 25 juin 2020 – Depuis la publication des dernières lignes directrices par la CASWE-ACFTS, de nombreuses demandes ont été reçues de la part des écoles concernant les préoccupations actuelles liées à la pandémie de la COVID-19 et ses implications pour l’enseignement du travail social. Alors que les recommandations précédentes du Conseil doivent être en vigueur jusqu’en avril 2021, une demande a été faite pour une communication actualisée concernant 1) les stages de formation pratique; 2) les visites sur le terrain ; et 3) les cours en ligne.

Sur la base des recommandations d’un groupe de travail composé de représentants des doyens(nes) et directeurs(trices) (Judy MacDonald, Daniel Côté et Jackie Sieppert), de la Commission d’agrément (Ginette Berteau, Louise Carignan, Grant Charles et Patricia MacKenzie), du conseil d’administration (Stéphane Grenier), du Comité des stages (Holly Bradley, Cyndi Hall et Vina Sandher) et du personnel (Alexandra Wright et Marie-Christine Bois), le Conseil d’administration souhaite fournir des conseils supplémentaires aux membres de la CASWE-ACFTS. Ces lignes directrices reflètent également les décisions des agences de santé publique et tiennent compte des politiques et des protocoles des universités, ainsi que de l’orientation fournie par les organismes de réglementation du travail social. En outre, les lignes directrices tiennent compte d’un contexte plus large et en évolution, car certaines provinces autorisent lentement une plus grande interaction dans les espaces publics alors que, dans le même temps, des avis de santé publique continuent d’être émis, conseillant de limiter toute interaction publique non essentielle. Dans ce contexte plus large, ces lignes directrices et décisions visent à protéger la santé et le bien-être des étudiant(e)s, du personnel responsable de la formation pratique, des membres du corps professoral, du personnel, des bénévoles, des membres et de la communauté au sens large.

Celles-ci sont destinées à servir de lignes directrices uniquement, à être mises en œuvre à la discrétion de chaque école de travail social, en fonction des capacités de l’école, y compris les ressources humaines, technologiques, financières, physiques, les lieux de stage et les ressources pédagogiques disponibles. Les étudiant(e)s doivent se référer à leur école respective pour obtenir des éclaircissements sur les conditions d’achèvement de leur programme à la lumière de la COVID-19. 

Formation pratique
Tout d’abord, le Conseil d’administration reconnaît que les institutions dans lesquelles les programmes de travail social sont basés sont uniques, reflétant de multiples approches de prestation de formation en travail social, dans le cadre d’une gamme de ressources disponibles. Ces institutions sont situées dans des régions qui ont été touchées à des degrés divers par la pandémie : dans certaines régions, la COVID-19 a été particulièrement virulente, alors qu’elle l’a été moins dans d’autres. En conséquence, le Conseil d’administration souligne la nécessité pour les écoles de travail social de disposer d’un pouvoir discrétionnaire dans la décision de suspendre les stages et/ou de mettre en œuvre des plans d’apprentissage à distance. Ces décisions doivent être prises en fonction des capacités de l’école, y compris les ressources humaines, technologiques, financières, physiques, des agences de stage et pédagogiques disponibles. Le pouvoir discrétionnaire peut également être appliqué à l’option de restructuration des heures de stage par rapport au programme de travail social. Par exemple, une école peut choisir de réduire les heures de stage requises pour une année du programme et de les augmenter une autre année ou, dans le cas de cohortes, de modifier le programme pour répondre aux besoins de la cohorte à ce moment-là.

Le Conseil d’administration souligne que les écoles doivent s’assurer qu’une supervision adéquate et appropriée est en place pour toutes les activités d’apprentissage et que leurs programmes garantissent que les étudiant(e)s atteignent les objectifs d’apprentissage des normes d’agrément de CASWE-ACFTS. Si les plans d’apprentissage à distance sont irréalistes pour certains programmes, le Conseil d’administration conseille de suspendre les stages jusqu’à ce que les conditions nécessaires à la réussite de la formation pratique soient réunies.

Le Conseil d’administration recommande également que, à la discrétion de l’école et jusqu’à nouvel ordre, les heures de stage des étudiant(e)s soient réduites, de manière à ce qu’elles représentent au minimum 75% des heures de stage requises selon les normes d’agrément (ce qui donne 338 heures pour la maîtrise et 525 heures pour le baccalauréat). 

Visites de terrain
Sur la base des recommandations de la Commission d’agrément, le Conseil d’administration recommande que toutes les visites de terrain qui devaient avoir lieu entre mars 2020 et avril 2021 soient reportées à l’automne 2021. Pour tous les programmes concernés, la période d’agrément sera prolongée en conséquence. Les écoles qui ont soumis ou soumettront leur rapport d’autoévaluation pendant cette période ne seront pas tenues de soumettre d’autres documents avant leur visite de terrain, mais elles devront signaler tout changement majeur dans le programme. Les commissaires d’agrément traiteront la mise en œuvre de ces recommandations avec souplesse dans le cadre des futurs processus d’agrément. D’autres recommandations seront fournies en 2021.

Cours en ligne
Le Conseil d’administration souhaite également souligner que pour certaines écoles de travail social, le passage de l’enseignement et de l’apprentissage en personne à des cours à distance, des modèles de prestation alternatifs et/ou de prestation en ligne a eu un impact extrêmement exigeant. Un défi majeur pour de nombreuses écoles a été l’obligation de mettre rapidement en œuvre l’enseignement et l’apprentissage en ligne avec des ressources limitées pour soutenir ce changement. De plus, les administrations des universités continuent de s’attendre à ce que les programmes de travail social soient maintenus tels qu’ils étaient avant la COVID-19. En guise d’anecdote, notons que le corps enseignant, le personnel responsable de la formation pratique et le personnel ont eu du mal à passer aux cours en ligne dans des délais courts, souvent avec un soutien technique et pédagogique limité et des ressources d’enseignement et d’apprentissage en ligne restreintes, ce qui a entraîné un épuisement professionnel et un stress pour de nombreux membres du corps enseignant, du personnel responsable de la formation pratique et du personnel.

Compte tenu du contexte extraordinaire dans lequel se trouvent les écoles de travail social au Canada, le Conseil d’administration tient à exprimer sa gratitude à l’ensemble du corps professoral, du personnel responsable de la formation pratique et du personnel pour leur travail et leurs efforts en vue de continuer à offrir un enseignement en travail social de haute qualité pendant cette période, ainsi qu’aux étudiant(e)s pour leurs efforts en vue de s’adapter à ces changements. Le Conseil d’administration encourage également le partage des ressources à continuer au profit de la formation en travail social au Canada.

Le Conseil d’administration espère que cette communication apportera un soutien supplémentaire aux écoles de travail social de la CASWE-ACFTS.

Si vous avez des questions, veuillez envoyer un courriel à Stéphane Grenier, Président de la CASWE-ACFTS ou à la directrice générale, Alexandra Wright.

Approuvé par le Conseil d’administration le 23 juin 2020.

Accessibilité